En ANDALOUSIE

16 au 23 mai 2007...


AUTRES VOYAGES...

FRESQUE HISTORIQUE

SUR L'ESPAGNE...

LES ORIGINES

La péninsule était habitée dès le Paléolithique à l'époque glaciaire et ses premiers habitants vivaient dans des grottes. Au Néolithiques apparaissent les Ligures puis les Ibères qui s'installent surtout au sud de la péninsule (les Basques occupant le nord). Mais des populations celtes, qu'on appellera les Celtibères viendront ensuite s'y mêler.

À partir du IXe siècle avant Jésus-Christ, les Phéniciens, Grecs, Carthaginois installèrent des comptoirs sur les rivages méditerranéens.

Chassant les Carthaginois d'Hamilcar, les Romains conquirent la péninsule au IIe siècle av. J.-C. laissant en héritage une langue, un corps législatif (le droit romain) et la religion chrétienne après la conversion de Rome au christianisme.

Les Grandes Invasions survinrent lors de la chute de l'empire romain au Ve siècle. Des barbares germaniques, les Suèves et les Vandales ainsi qu'un peuple nomade d'origine iranienne, les Alains, envahirent l'Espagne après avoir traversé la Gaule et franchi les Pyrénées.

C'est aux Vandales que cette région doit son nom Vandalusia->Andalucía.

A leur suite, les Wisigoths, autre peuple germanique bousculé par la pression des Huns en Europe Centrale, pénétrèrent dans l'Empire Romain et après des victoires contre les Romains se virent concéder un royaume en Aquitaine. Alliés des Romains, ils furent chargés par ceux-ci de rétablir l'ordre dans la péninsule ibérique. Ils repoussèrent les Vandales en Andalousie (Bétique) et les contraignirent même à passer le Détroit de Gibraltar (d'où ils essaimeront jusqu'en Tunisie), les Alains au Portugal (Lusitanie) et les Suèves en Galice.

Dès lors, les Wisigoths dominèrent la péninsule jusqu'à la conquête musulmane.

AL ANDALUS,
7 SIÈCLES D'ESPAGNE MAURESQUE


La péninsule ibérique se trouve sur la traînée de poudre des invasions arabes faisant suite à la conquête de La Mecque par Mahomet moins d'un siècle plus tôt (en 630), les Maures ou Sarrasins, des Arabo-Berbères, menés par Tariq ibn Ziyad conquirent le pays en 711 (n'oublions pas que dans la foulée, ils poussèrent même jusqu'à Poitiers). N'y échappent que les régions montagneuses du Nord (Asturies et Pays Basque).
D'abord rattachée au califat sunnite des Omeyyades de la lointaine Damas, l'Espagne s'émancipe peu à peu à partir de 756 et va se doter d'un émirat puis d'un califat sunnite en 929, indépendant du califat chiite de Bagdad (qui a supplanté Damas) et de celui de Tunis (également chiite). Sa capitale est Cordoue.
Les populations rurales se convertirent à l'islam alors que les capitulations de villes furent assorties de la liberté religieuse pour les chrétiens.
De même, les Juifs persécutés dans les provinces restées chrétiennes trouvèrent refuge dans les villes maures.

LA RECONQUISTA et les CONQUISTADORES

La reconquête chrétienne, la Reconquista, commence dès le VIIIe siècle à partir du petit royaume wisigoth des Asturies (et également avec Charlemagne). Au siècle suivant, un autre foyer de reconquête se développe à partir de la Navarre. Au XIe siècle, le royaume de Castille, au coeur de la péninsule, est devenu le plus puissant des royaumes chrétiens et mène la "croisade" contre un califat qui s'effondre peu à peu et se fragmente en micro-états, les Taïfas. Profitant de divisions des rois chrétiens, les musulmans mènent une contre-offensive au XIIe siècle mais la reconquête reprend de plus belle sous la direction des castillans. De son côté, le royaume Portugais reconnu par les Espagnols, participe à cette reconquête. En 1262, Cordoue est reconquise, évènement hautement symbolique, car il ne subsiste plus en Espagne qu'un royaume islamique, celui de Grenade.

La Reconquista qui prit fin en 1492 avec l'élimination de la dernière parcelle de pouvoir musulman, le royaume de Grenade, sous les coups des Rois catholiques, Isabelle de Castille (qui impose la langue castillane) et Ferdinand d'Aragon qui se sont unis en 1469.
Les rois catholiques se montrent moins tolérants que ne l'étaient les musulmans et ils s'appuient sur la Sainte Inquisition instituée en 1478! Les derniers musulmans qui étaient restés en Espagne après la Reconquête, ou morisques, seront convertis de force dès le début de XVe siècle, et seront finalement expulsés, suite à plusieurs révoltes au tout début du XVIIe siècles.
Pris dans l'exaltation religieuse de la Reconquista, les souverains espagnols décidèrent en 1492 de contraindre les juifs d'Espagne à choisir entre la conversion (devenant marranes) et l'exil (ce décret de l'Alhambra est resté officiellement en vigueur jusqu'en 1967!). La plupart d'entre eux ont trouvé refuge en Afrique du nord (les futurs pieds noirs), alors sous contrôle de l'Empire Ottoman.
L'unification de l'Espagne actuelle aboutit officiellement en 1512.

À cette même époque, les Conquistadors bâtirent un immense empire colonial faisant suite à la découverte de l'Amérique .

DE L'APOGÉE AU DECLIN


En 1516, le petit-fils des ''rois catholiques''
Charles Ier d'Espagne accède au trône puis, à la mort de son oncle Maximilien d'Autriche en 1519, il est élu à la tête du Saint Empire Romain Germanique sous le nom de Charles V, plus communément connu sous le nom de Charles Quint, jusqu'à son abdication en 1556 au profit de son frère Ferdinand Ier de Habsbourg. Son fils Maximilien II lui succédera à la tête de l'Empire en 1564, après avoir épousé sa cousine Marie d'Autriche, Infante d'Espagne, en 1548. Quant au frère de Marie, PhilippeII, à partir de1598, il se contentera de régner sur l'Espagne, les Pays-Bas et la Bourgogne...
Ainsi, l'Espagne devint au cours du XVIe siècle, la plus grande puissance d'Europe grâce aux richesses tirées du continent américain. Outre ses colonies américaines, l'Espagne contrôle le sud de l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal (à la suite d'une absence de successeur au trône du Portugal en 1580 alors que ce pays était devenu indépendant depuis quelques siècles après s'être libéré des Maures au XIe siècle) mais aussi la Bourgogne, l'Artois et le Roussillon... Mais la puissance espagnole déclina progressivement dès le siècle suivant en raison de guerres coûteuses notamment aux côtés des Habsbourg du Saint Empire confrontés, d'une part, à la contestation religieuse des Etats protestants soutenus par la France et, d'autre part, à l'épuisement des richesses coloniales. En témoigne la victoire du petit royaume du Portugal en 1644 sur son grand voisin qui dut reconnaître l'avènement d'une nouvelle dynartie lusitanienne.

En 1700, la branche des Habsbourg, sans descendant direct, cède la place sur le trône d'Espagne au duc d'Anjou. Ce petit-fils de Louis XIV (dont la première épouse était une infante espagnole Marie-Thérèse) devint roi d'Espagne sous le nom de Philippe V, et fonda la dynastie des Bourbon rois d'Espagne.
La France occupa l'Espagne sous Napoléon Ier, au début du XIXe siècle, et cette présence étrangère entraîna des conflits et révoltes particulièrement sanglants dans le pays, notamment du fait de l'intrusion de l'Esprit des Lumières dans un pays ultra-conservateur.
Du fait de ces affaiblissements, l'Espagne perdit la plupart de ses colonies au XIXe siècle, surtout à partir des années 1820 (par exemple la Colombie de S. Bolivar en 1819, le Pérou et le Mexique en 1821...).
Une Première République espagnole se mit en place brièvement en 1873 et 1874.
Les dernières colonies (Cuba, les Philippines, Porto Rico, Guam) se séparèrent de la couronne en 1898 après la guerre qui opposa l'Espagne aux États-Unis.
350000 musulmans et 150000 juifs avaient dû quitter le pays et parmi eux beaucoup d'élites! Isolée du reste de l'Europe qui s'appuie encore sur des empires coloniaux (constitués plus tardivement), l'Espagne stagna dans un état de relative arriération économique et politique.

L'ESPAGNE MODERNE

La Seconde République espagnole chassa la monarchie des Bourbons en 1931. Mais, après la victoire du Front populaire espagnol en 1936, l'extrême-droite monarchiste menée par le général Franco (carlistes et phalangistes) se souleva.
Songeons ici aux soutiens de nature diverses qu'apportèrent aux Républicains espagnols des hommes de bonne volonté et des sympathisants, à ce Malraux qui vint se battre ici, à ce Nerhu, futur Premier Ministre de la future république indienne qui vint apporter son soutien en tant que leader socialiste (Parti du Congrès qui militait pour l'indépendance)...
Après une tragique guerre civile qui dura de 1936 à 1939, l'Espagne fut alors soumise, à la dictature franquiste. Toutefois Franco interdit à l'armée allemande de traverser le pays pour attaquer Le caudillo décida de conserver le pouvoir, et de ne faire rétablir la monarchie qu'après sa mort.

Après son décès, en 1975, la royauté fut effectivement restaurée mais l'attachement à la monarchie reste incertain, au-delà du règne de Juan Carlos  Ier, le nouveau roi, auquel le pays reconnaît le mérite d'avoir rétablit rapidement la démocratie après la tentative de putch du 23 février 1981. L'Espagne est membre de l'OTAN depuis 1981 et
de l'Union européenne depuis 1986.
La nouvelle constitution de 1978 est très libérale et décentralisatrice. De nombreux partis nationalistes se manifestent dans les régions où subsistent des langues régionales différentes du castillan (Galice, Pays basque, Catalogne). Certains revendiquent plus d'autonomie, d'autres parlent d'indépendance (en particulier au Pays basque et en Catalogne).
L'indépendantisme le plus radical et le plus violent sera celui de l'ETA basque, organisation terroriste prônant et pratiquant la lutte armée.

La réussite économique de l'Espagne des trente dernières années qui la distingue de son petit frère ibérique, le Portugal, induit l'idée d'un miracle économique espagnol qui pourrait ne plus durer très longtemps notamment en raison de "la bulle immobilière" (particulièrement visible en Andalousie)..
.


...ET ZOOM SUR L'ANDALOUSIE.

Dans l'Antiquité, l'Andalousie ou Andalucía en espagnol, est peuplée par les Ibères (venus de l'Asie mineure), des colons grecs, des Phéniciens (anciens habitants de la Syrie, Liban, Palestine) qui ouvrent des comptoirs tout comme le font les Carthaginois (anciens habitants de l'actuelle Tunisie).
Puis l'Andalousie devient romaine avant d'être conquise et occupée par les Maures de 711 jusqu'en 1492.

Durant le Haut Moyen Âge, le détroit de Gibraltar (qui doit son nom à Tariq ibn Ziyad, le conquérant) est le point de passage des invasions musulmanes en Europe occidentale, à compter de 711, en chassant les Wisigoths. Al Andalus, le pays sous domination mauresque dépassait largement le territoire actuel de l'Andalousie. Al-Andalus s'étendait jusqu'aux limites des Asturies dans son extension maximale. L'émirat de Cordoue, fondé en 756, connaît son apogée sous Abd al-Rahman III (912-961) en devenant un califat (929).

Au début du XIe siècle, le royaume cordouan se divise en plusieurs principautés mauresques indépendantes (Cordoue, Séville, Jaén, Grenade).
A la faveur de cet affaiblissement, la seconde moitié de l'époque médiévale est marquée par l'affrontement des rois chrétiens lancés dans un mouvement de reconquête de toute l'Espagne à partir des provinces de nord et des nouveaux souverains musulmans d'origine Berbère qui tentent de maintenir leur domination sur cette région.
Ferdinand III de Castille s'empara de Cordoue en 1236. Séville fut prise en 1248 et Grenade seulement en 1492, après une pause de la Reconquista durant deux siècles.
L'Espagne mauresque s'achèvera par cette région, lorsque les Maures qui étaient restés furent persécutés violemment jusqu'en 1609 où, sous l'ordre de Philippe III, ils furent bannis des terres espagnoles.
Plusieurs vestiges maures se trouvent dans l'est de l'Andalousie, puisque c'était le dernier territoire en possession des Maures avant leur défaite finale en 1492. Les bâtiments mauresques les plus fameux d'Andalousie sont l'Alhambra à Grenade, la Mosquée-Cathédrale de Cordoue, la Torre del Oro et la Giralda à Séville, et le Gibralfaro à Málaga.

Durant l'Époque moderne, l'Andalousie fournit les conquistadores partant à la conquête du "Nouveau Monde"
L'Espagne passe dans l'orbite de la France avec le mariage de Louis XIV avec l'Infante Marie-Thérèse en 1660. Charles II, dernier souverain Habsbourg d'Espagne, sans héritier direct, lègue son trône au duc d'Anjou, petit-fils de Louis XIV. Ce Bourbon monte sur le trône sous le nom de Philippe V. C'est l'occasion pour l'Angleterre d'organiser une coalition contre la France et l'Espagne. En 1704, dans le conflit qui l'opposait aux puissances européennes, la couronne espagnole perdit Gibraltar qui devint une enclave britannique stratégique pour le contrôle de la Méditerranée qui fut confirmé par le traité d'Utrech en 1713.Mais l'Espagne actuelle conteste toujours le statut du "rocher".
A l'époque contemporaine, la bataille de Trafalgar se tint près de Cadix en 1805. La proximité avec les colonies espagnoles du Maroc redevint un fait géographique et historique majeur lorsqu'en 1936, éclata la guerre civile espagnole. L'armée du général Francisco Franco soutenue par des troupes italiennes, débarqua en Andalousie et s'empara de Málaga, le 8 février 1937.

L'Exposition universelle de 1992 se tint à Séville.

L'Andalousie a donné naissance à des personnages célèbres parmi lesquels les grands empereurs romains sévillans Trajan et Hadrien (IIe siècle), le cordouan Sénèque, célèbre philosophe romain, un autre cordouan Averroès, juriste, médecin et surtout philosophe arabe ayant une conception moderne de l'Islam (primat de la raison sous l'influence de la pensée d'Aristote), le missionnaire sévillan Bartolomé de Las Casas, théologien (premier prêtre ordonné en Amérique) et premier défenseur des indigènes (Mexique)... Citons encore les peintres Diego Vélázquez, Bartolomé Esteban Murillo et Pablo Picasso, les écrivains et poètes Federico Garcia Lorca, Antonio Machado... (ces trois derniers ayant pris le parti des Républicains dans la guerre civile de 1936).

AUTRES VOYAGES...
Drapeau de l'ESPAGNE
(avec la souris découvrez celui de l'ANDALOUSIE)


Cliquez sur les noms de villes le long du circuit en rouge Torremolinos Puerto-Banus et Marbella Gibraltar Tarifa Cadix Séville Carmona Courdoue Grenade Mijas Málaga Torrox et Frigiliana



Commenté par un commandant fort bavard, c'est un court vol charter de 1200 km (soit 1h45mn) que celui qui conduit de Nantes à Málaga, notre petit groupe de 43 personnes originaires de l'ouest.
Ce séjour de 8 jours sera consacré à un tout petit tour d'Andalousie (1000 km) articulé sur une découverte des anciennes villes mauresques sous la conduite d'un Français expatrié depuis une dizaine d'années, ERIC.
Si le programme standard que lequel nous sommes inscrits passe trop vite sur les trois grands sites de Séville, Cordoue et Grenade, ce "survol" sera compensé par les informations encyclopédiques dont notre guide nous fera profiter chaque jour pendant toute la durée des transports en autocar...
Au programme de ce circuit, donc 3 des 44 sites espagnols classés au Patrimoine Mondial de l'UNESCO
, sachant que l'Italie est le pays le plus titré au monde en ce domaine avec 50 sites, suivie par  la Chine (47). Après l'Espagne on trouve, ex-æquo, la France et l'Allemagne (39)...

 
Survol géographique...

DE L'ESPAGNE...

RELIEF ET CLIMAT :

L'Espagne occupe la plus grande partie de la péninsule ibérique.

Son territoire est limité au nord par le Golfe de Gascogne (sur l'Atlantique) les Pyrénées qui constituent la frontière avec la France et l'Andorre, avec une enclave en territoire français, Llivia, non loin de l'Andorre., à l'ouest par une longue frontière nord-sud avec le Portugal, au sud par le détroit de Gibraltar seulement 15 km de largeur!) qui sépare le continent de l'Afrique du Nord où elle possède deux enclaves, les deux villes de Ceuta (rattachée à Cadix) et de Melilla (rattachée à Málaga) au Maroc et conquises aux XVIe et XVIIe siècles et à l'est par la Méditerranée.
Les archipels des Îles Canaries dans l'océan Atlantique et des Îles Baléares en Méditerranée, sont des territoires non péninsulaires de l'Espagne. Sur les côtes africaines de Méditerranée, elle possède aussi les Îles Chafarinas, Peñón de Alhucemas, Peñón de Vélez de la Gomera ou l'îlot Persil.

L'Espagne est divisée en 17 régions, appelées communautés autonomes. Ce sont des sortes d'États fédérés disposant d'un certain degré d'indépendance, même si les compétences cédées par l'état central peuvent beaucoup varier de l'une à l'autre. Les communautés autonomes sont à leur tour composées d'une ou plusieurs provinces, en faisant un total de 50.
Il s'agit du quatrième pays de l'Europe quant à extension territoriale, après la Russie, l'Ukraine et la France, et le deuxième de l'Union européenne. Avec 506 000 km², sa superficie est d'ailleurs très proche de celle de la France...

En gros, les zones montagneuses s'étirent parallèlement d'est en ouest, des Monts Cantabriques prolongés par les Pyrénées au nord, aux Cordillères Bétiques d'Andalousie (Sierra Morena et Sierra Nevada) au sud, en passant par les chaînes centrales Sierra de Gata, Sierra de Gredos, Sierra de Guadarrama, Sierra de Cuenca et Sierra de Gudar!

Plusieurs fleuves traversent l'Espagne dont le Douro, l'Èbre, le Tage, le Guadalquivir, le Guadiana, le Jucar et le Segura ; son relief en nombreux plateaux lui donne beaucoup de fleuves côtiers dont la très historique Bidassoa.

  Le climat océanique et très humide du Nord s'oppose au climat méditerranéen et très sec du Sud. Dans une grande partie de l'Espagne, les précipitations sont faibles et le manque d'eau est un problème.
En Andalousie, les températures moyennes varient entre 17° en hiver et 30° (littoral)-35° (intérieur) en été. La pluviométrie est très faible, particulièrement en été, ce qui donne naissance à des paysages semi-désertiques.

POPULATION :

L'Espagne comptait un peu plus de 46 000 000 habitants au 1er janvier 2006.
La densité de population, de 87,41 hab/km², est inférieure à celle de la majorité des autres pays de l'Europe de l'Ouest et sa distribution à travers le territoire national est très irrégulière. Les aires plus densément peuplées se concentrent sur la côte et aux alentours de Madrid, tandis que le reste de l'intérieur se trouve très faiblement occupé.

Avec seulement 1,2 enfant par femme (il y a sans doute un rapport avec le fait que la moitié des mariages se soldent très rapidement par des divorces), le plus faible taux européen et l'un des plus faibles au monde, la population espagnole serait en régression sans un apport migratoire conséquent.
En effet, la population a augmenté fortement depuis la fin des années 1990 grâce à l'arrivée de plus de trois millions d'immigrants: en effet, entre 2000 et 2005, l'Espagne a présenté le plus grand taux d'immigration du monde, en provenance principalement de l'Amérique latine, d'Europe de l'Est, du Maghreb et d'Afrique de l'Ouest.
En 2005, 8,47% de la population espagnole était de nationalité étrangère alimentant une philosophie xénophobe. L'Etat espagnol a donc mis en place des grillages et des barrières notamment dans ses enclaves marocaines pour limiter l´immigration africaine qui tourne donc de plus en plus à la catastrophe humanitaire.

Les plus grandes agglomérations sont (en 2005) :
Madrid 5 843 041
Barcelone 4 686 701
Valence 1 694 970
Séville 1 317 098
Málaga 1 074 074


ÉCONOMIE :

Restée longtemps un pays agricole, l’Espagne a connu d’importantes mutations socio-économiques dans le dernier quart du XXe siècle. Elle possède aujourd’hui une économie diversifiée, grâce notamment à la croissance rapide de l’industrie depuis les années cinquante et à l’essor du tourisme. Son secteur primaire représente 8% des actifs (contre 5% en moyenne dans la C.E.).

Entre 1995 et 2001, les emplois industriels ont augmenté de 38%. À partir de 1964, une série de plans de développement a contribué à l’expansion économique du pays. Le développement des industries métallurgique et textile, de la construction navale et de l’extraction minière a été privilégié. L’Espagne est devenue en moins de vingt ans une grande puissance industrielle et agricole.
Le chômage y est tombé de 23% en 1996 à moins de 10% aujourd'hui!
L'Espagne a largement bénéficié des aides de la Communauté Européenne. Elles constituent 1% de son PIB depuis 10 ans et elles ont surtout été investies dans les infrastructures.
L'Espagne est un des pays les plus visités au monde (notamment touristes de l'Europe du Nord), avec 50 millions de visiteurs par an, et accueille le siège de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT).

Tout cela permet à l'Espagne d'être aujourd'hui la neuvième puissance mondiale. Son taux annuel de croissance est de 3,8% depuis l'an 2000. A noter que celui de l'Andalousie est devenu supérieur à la moyenne nationale, en grande partie en raison du boom de la construction dû à l'arrivée massive de retraités d'Europe du Nord. Cette région serait en voie de devenir "la Californie de l'Europe" s'il n'y avaitpas à court ou moyen terme un grand risque d'une crise due notamment à l'explosion de "la bulle immobilière" comme le pronostique notre perspicace guide Eric...

ET DE L'ANDALOUSIE...

L'Andalousie est l'une des dix-sept communautés autonomes d'Espagne. Représentant la taille de trois régions françaises ou encore celle de la Suisse ou du Portugal, c'est la communauté la plus vaste d'Espagne avec 87 000 km² et la plus peuplée avec 8 millions d'habitants (densité de 91 hab/km²) avec 17% de sa population.

L'Andalousie se divise en huit provinces: Almeria, Cadix, Cordoue, Grenade, Huelva, Jaèn, Málaga, Séville.

Elle se trouve au sud de la péninsule ibérique. Elle est bordée au nord par Estrémadure et Castille-La Manche, à l'est par la communauté autonome de Murcie, au sud par la mer Méditerranée et Gibraltar, et à l'ouest par le Portugal.

Le Guadalquivir coule entre deux chaînes de montagnes, la Sierra Morena (qui sépare l'Andalousie des grands plateaux centraux de Castille et d’Extramadure, et qui s’étend jusqu’à la frontière du Portugal) et le Système Bétique (qui la sépare de la Costa del Sol, et qui part des sierras de Cazorla et de Segura jusqu’au détroit de Gibraltar) avec la Sierra Nevada.
On peut distinguer l'Andalousie méditerranéenne, des provinces d'Almeria, de Málaga et de parties des provinces de Grenade et Cadix, de la vallée du Guadalquivir (provinces de Jaen, Cordoue, Huelva, Séville et parties de Málaga, Cadiz et Grenade).
Les deux entités sont séparées par le système bétique qui forme une barrière naturelle. Les points de passage principaux sont le col du Soupir du Maure et la ville d'Antequera.

  Le climat de l’Espagne du Sud, même dans sa partie atlantique, est de type méditerranéen, caractérisé par des étés secs et chauds, des précipitations parfois fortes en automne et en hiver. Il existe cependant des disparités régionales relativement importantes.
Les régions les plus arrosées sont l’Ouest et le Nord (Cadix, Cordoue). Ces précipitations sont dues aux vents d’ouest chargés de pluies à la période la plus froide de l’année. En revanche, la Costa del Sol et la Costa Blanca, protégées par de nombreuses chaînes montagneuses, jouissent d’un climat nettement plus sec et plus doux.

Cette région fut largement dépeuplée à l'occasion de la Reconquista: exode puis expulsions. Son repeuplement se fit à partir de colons venus des provinces du nord du pays (Castille, Navarre, Aragon).



Etapes de notre circuit:

  • TORREMOLINOS
       (1er contact avec la Costa del Sol)
  • Marbella, Puerto-Bañus... la Costa del Sol
  • GIBRALTAR
  • Tarifa et la Costa de la Luz
  • CADIX
  • SÉVILLE
  • Carmona et CORDOUE
  • GRENADE
  • Torrox et Frigiliana
  • Mijas
  • MÁLAGA

    Sites, paysages, villes ou monuments classés au Patrimoine Mondial de l'humanité de l'UNESCO repérés par le logo .





    Documentation et crédits

  • mes notes de voyage
  • "Espagne" Guide de tourisme (guide vert) aux Editions Michelin - Clermont-Ferrand 1997
  • "Autour du monde: L'ESPAGNE" par Christine Masson aux PML Editions Minerva - Genève 1995
  • "Andalousie" par Denis Montagnon aux Editions Hachette Guides Bleus Evasion - Paris 2004
  • "Espagne andalouse" magazine GEO n°195 juin 1995
  • "La grande histoire des Juifs" double numéro de L'Express du 2 janvier 2008
  • "La grande histoire des peuples arabes" " magazine L'Express n°3155-3156 21 décembre 2011
  • "La grande histoire de la chrétienté" double numéro de L'Express du 22 décembre 2010
  • les articles riches et variés de Courrier International, tirés de la presse étrangère
  • et surtout la fabuleuse encyclopédie libre en ligne Wikipédia (open GNU)
  • ainsi que, en ligne, les fiches et cartes libres du "World Factbook"
  • et de nombreux autres sites sur la toile...


    Une terre de contrastes...

    "Terre baignée par l’éternelle Méditerranée, inondée de soleil, à la fois plaine et sierra où déferlent des vagues d’oliviers, l’Andalousie a été depuis toujours le point de rencontre entre l’Orient et l’Occident, la Chrétienté et l’Islam ; ce creuset dans lequel venaient se fondre les peuples les plus divers. Chacun y a laissé sa marque, des ruines ou des joyaux en témoignent, et chacun aussi se retrouve dans la race andalouse, orgueilleuse et impulsive, qui mêle à sa foi chrétienne tant de paganisme, et qui célèbre avec autant de passion la fascination de la mort que l’exaltation de la vie".



    QUAND PARTIR

    Si l'Andalousie peut se découvrir en toute saison, son climat s'avère plus aléatoire entre novembre et février.

    Les meilleurs mois pour la visiter sont donc avril, mai, juin, septembre et octobre. À ces périodes, les températures sont douces, on évite les pluies hivernales et la campagne est très séduisante.

    Si juillet et août concentrent une majorité de fiestas hautes en couleurs, de nombreuses autres ont lieu sans discontinuer entre la Semana Santa (la semaine qui précède le lundi de Pâques) et octobre ce qui permet d'éviter et la foule touristique et la canicule estivale
    . La température estivale moyenne atteint les 36°C (température record de 47° à l'ombre relevée en aoüt à Séville !).



    voir d'autres voyages...
    ''zong''=centre, milieu ''guo''=pays, royaume ou empire

    Notions d'architectures sacrées à travers le temps et l'espace...


    Votre avis